le scénariste se défend face à une soi-disant incohérence

Un élément de Retour vers le futur a déboussolé les fans, et le scénariste y répond une bonne fois pour toutes.

Adulés des fans, les trois Retour vers le futur ont marqué toute une génération. Les aventures temporelles de Marty McFly (Michael J. Fox) ont immédiatement trouvé leur public. Lors de sa sortie en 1985, le premier film a cartonné au box-office avec 388 millions de dollars de recettes pour seulement 19 millions investis.

Transformé en franchise, le film de Robert Zemeckis a réalisé de bons scores dans les deux suites, et a su s’arrêter à temps. Malgré le fantasme d’un quatrième opus avec Tom Holland, le réalisateur et son co-scénariste ont été très clairs sur la question : il n’y aura ni suite, ni remake, ni rien du tout !

Retour vers le futur est un sans faute, malgré les remarques de quelques fans tatillons. D’aucuns ont trouvé une incohérence, un point sensible, une broutille de taille : comment se fait-il que les parents de Marty n’ait pas fait le lien entre leur fils et l’étudiant qui les a présentés, des années auparavant ? Dans le premier opus, Marty voyage 30 ans dans le passé et arrange un rendez-vous entre ses (futurs) parents, George et Lorraine. Pourquoi, et surtout comment, n’ont-ils pas fait le lien entre leur adolescent et le fameux Calvin Klein (Pierre Cardin en français), nom de couverture choisi par Marty ?

photo, Lea Thompson, Michael J. Fox

Maman sait que tu as eu le même âge qu’elle, à 17 ans

Le scénariste Bob Gale a répondu à la question dans The Hollywood Reporter :

Gardez bien en tête que George et Lorraine n’ont connu Marty/Calvin que durant 8 jours alors qu’ils avaient 17 ans, et qu’ils ne l’ont même pas vu tous les jours durant cette période. Plusieurs années après, ils peuvent encore se souvenir de ce drôle de gosse qui leur a arrangé leur premier rendez-vous.

Mais si je vous demandais de repenser à vos propres années lycée et que je vous demandais si vous pouviez vous souvenir d’une personne qui était dans votre école, même pendant tout un semestre. Ou d’une personne avec laquelle vous n’avez fait qu’une soirée. Si vous n’avez pas de photo, après 25 ans, vous n’aurez probablement qu’un souvenir très flou.

 

photo, Michael J. Fox

C’est quoi votre problème avec l’impossible ?

Lorraine et George pourraient trouver amusant d’avoir un jour rencontré quelqu’un qui s’appelait Calvin Klein [avant que le nom n’ait été célèbre, ndlr], et même s’ils trouvaient que leur fils de 16 ou 17 ans lui ressemble, ils n’en feraient pas toute une histoire.

Je suis prêt à parier que si l’on regardait nos albums photo du lycée, la plupart d’entre nous pourrait trouver des photos de nos camarades de classe qui ressemblent un peu à nos enfants.”

Pour le scénariste, il n’y a rien d’illogique dans l’attitude des parents. Et pour cause, on ne passe pas ses journées à croire que nos enfants viennent du futur (ou du passé) et que ce sont eux qui nous ont maqués. La ressemblance peut être frappante, elle n’en reste pas moins impossible, pour des esprits cartésiens, à relier à une vérité transtemporelle.

Les admirateurs de Robert Zemeckis peuvent consulter notre dossier sur les dix scènes les plus fabuleuses de sa filmographie. Et pour ceux qui veulent du voyage dans le temps contemporain, ils peuvent lire notre critique de Dark, la série Netflix.

Recommended For You

About the Author: Editor